mercredi 17 octobre 2018

RENDRE HOMMAGE ! JEAN LE ROY, POÈTE.


CLIQUER DANS L'IMAGE POUR DECOUVRIR DES POEMES DE JEAN LE ROY.


On doit à l’amitié de Jean Cocteau, qui avait fait sa connaissance à Paris en 1917 par Apollinaire, de ne pas avoir totalement perdu la mémoire de ce jeune et prometteur poète qu’une balle abattit à la tête de sa section de mitrailleuse alors qu’il se trouvait sur le front belge non loin de l’actuelle Résidence d’écrivains du Mont-Noir à Saint-Jans-Cappel.



Composé de «poëmes inédits trouvés dans sa cantine» selon l’expression consacrée de l’époque, son recueil posthume, Le Cavalier de frise, achevé d’imprimer le 1er août 1928, doit en effet tout  à l’amicale fidélité de Cocteau qui en organisa les textes, les dota d’une forte préface et s’attacha le concours d’un éditeur de talent, François Bernouard, le même qui en 1918 publia l’extraordinaire texte de Cendrars, J’ai tué, accompagné de cinq dessins de Fernand Léger.
 

 Ce recueil aujourd’hui, n’a plus guère d’existence qu’aux yeux de quelques bibliophiles ou quelques historiens de la littérature tant il est vrai que nous ne pouvons humainement pas toujours nous intéresser à toutes les oeuvres que les démentielles tueries perpétrées par la Grande Guerre auront étouffées dans l’oeuf.


Peut-être, cependant, qu’en faisant l’effort de considérer à travers quelques-uns de ses textes, l’imaginaire d’un poète que les puissances destructrices auxquelles il fut confronté, n’empêchèrent pas, tant qu’il vécut, de leur opposer la volonté créatrice d’une personnalité tournée toujours vers les ressources inépuisables de la parole et la célébration désolée de la vie, pouvons-nous mieux approcher ce scandale absolu qu’est le meurtre de masse organisé par des États «hautement civilisés».

Et peut-être également, ainsi que nous y invite Laurence Campa dans un chapitre de son ouvrage, Poètes de la Grande Guerre, que la lecture que nous ferons de ces poèmes, saura, comme elle en a l’irremplaçable pouvoir, redonner un certain éclat de vie à son si jeune et malheureux auteur. Dans la chaleur d’une attention rendue compatissante et bien consciente aussi du caractère  irréparable de ce qui fut ici rompu.