mardi 18 septembre 2018

REPRISE. HERBES ET MURS. OÙ CONDUISENT LES ÉVIDENCES ?



Est-ce le pré que nous voyons, ou bien voyons-nous une herbe plus une herbe plus une herbe? Cette interrogation que s'adresse le héros d'Italo Calvino, Palomar, comment ne pas voir qu'elle est une des plus urgentes que nous devrions nous poser tous, aujourd'hui que, du fait des emballements et des simplifications médiatiques souvent irresponsables, risquent de fleurir les plus coupables amalgames, les plus stupides généralisations et les fureurs collectives aveugles et débilitantes. C'est la force et la noblesse de toute l'éducation artistique et littéraire que de dresser, face à tous les processus d'enfermement mimétique, la puissance civilisatrice d'une pensée attentive, appliquée au réel, certes, mais demeurée profondément inquiète aussi de ses supports d'organes, de sens et de langage.

lundi 17 septembre 2018

QU’ATTENDONS-NOUS VRAIMENT DES RENCONTRES D’AUTEUR ? POUR UNE RÉFLEXION ÉLARGIE SUR LA DIVERSITÉ DE NOS PRATIQUES.


L'Equilibre des forces, Carel Willink

Invité dernièrement à suivre l’intéressante journée professionnelle consacrée aux événements littéraires de la région Hauts-de-France par la jeune et valeureuse Agence Régionale du Livre et de la Lecture, je voudrais revenir sur l’importante question malheureusement toujours un peu escamotée de cette fameuse « plus-value » existentielle et culturelle que les organisateurs de rencontres personnalisées autour du livre comptent par-là apporter à leur public et qui, en principe, justifie pour l’essentiel, l’investissement souvent « énorme » qui est le leur.


mercredi 5 septembre 2018

ON NE LIT PAS POUR LE PLAISIR !


Il est, en matière de lecture, des stéréotypes dont la répétition m’agace de plus en plus profondément. Celui en particulier de ces médiateurs de culture qui s’acharnent à vouloir convaincre que lire est un plaisir, un « délice », chose dont je ne conteste pas la possible réalité, bien entendu, mais le peu de pertinence qu’elle possède par rapport à la finalité qu’elle vise, à savoir : défendre, au profit des publics principalement les plus démunis - et ces derniers ne font apparemment que s’étendre - l’idée que la dite lecture est indispensable au développement d’une subjectivité ouverte capable de résister aux diverses puissances d’asservissement de l’esprit humain, que nos sociétés numériques ont considérablement renforcées.


vendredi 24 août 2018

C’EST LA RENTRÉE : TÉLÉCHARGEZ LE DOSSIER COMPLET DE L’ÉDITION 2018-2019 DU PRIX DES DÉCOUVREURS.

https://drive.google.com/open?id=17wk96SrIRFAd4YI4ORQPTbEmRXHwaFdp


Cliquer dans l’image ci-dessus pour télécharger le dossier. Ce dernier étant riche en images cette opération peut prendre quelques minutes.

Pour découvrir les principes qui ont régi cette année encore notre choix ainsi que pour obtenir rapidement la liste des ouvrages sélectionnés avec l'adresse de notre librairie partenaire où il sera possible de se procurer facilement les livres, voir : http://lesdecouvreurs2.blogspot.com/2018/05/selection-2018-2019-du-prix-des.html#more

jeudi 9 août 2018

CONTES, TEXTILES ET POÉSIE AU MUSÉE DU COSTUME DE SCÈNE À MOULINS DANS L’ALLIER.


« Circé l'enchanteresse estoit vestue d'une robe d'or, de deux couleurs, estoffée partout de petites houppes d'or et de soye, et voylée de grands crespes d'argent et de soye : ses garnitures de teste, col et bras, estans merveilleusement enrichies de pierreries et perles d'inestimable valeur : en sa main, elle portoit une verge d'or de cinq pieds, tout ainsi que l'ancienne Circé en usoit, lorsque, par l'attouchement de cette verge, elle convertissoit les hommes en bestes et en choses inanimées. »

Les historiens du spectacle s’accordent généralement pour voir dans le Balet comyque de la Royne (1), présenté le dimanche 15 octobre 1581 dans la salle du Petit-Bourbon, face au Palais du Louvre, la première ébauche significative de ce qui allait devenir l’Opéra. On voit par la description qu’en donne ici le principal organisateur, l’italien Balthasarini qui prit pour l’occasion le nom de Balthasar de Beaujoyeulx et se fit attribuer le titre de Valet de Chambre du Roy & de la Reyne sa mère, qu’on ne lésinait guère à l’époque sur les costumes et que si ces derniers ne se souciaient que fort peu de naturel ou de vraisemblance, tout semblait bien être fait pour qu’ils concourent avec les autres éléments du spectacle à émerveiller le spectateur et mettre surtout en valeur la magnificence des personnalités qui l’avaient commandité (2).

samedi 4 août 2018

L’ÉTÉ NE FERME PAS LES YEUX.


Fernand Léger, Le Campeur, vers 1954, Biot



L’été. Nous avons la chance de pouvoir profiter de la franchise du moment non pour pratiquer le saut à l’élastique ou le jet ski mais pour nous adonner aux plaisirs de la marche, aux joies de la baignade sur des plages peu fréquentées ou des cours d’eau encaissés cherchant leur voie parmi les roches et glissant sur des pierres où nous n’avons jamais mis le pied… Et nous aimons l’été l’idée d’une autre vie ailleurs. Dans les couleurs et les odeurs d’un pays qui n’est pas le nôtre. D’une campagne différente. Soumise à des régimes de vents et de chaleurs, de découpes des ombres, d’affirmations parfois brutales de lumière qui réveillent nos sens d’ordinaire peu enclins à se trouver brusqués.


vendredi 6 juillet 2018

CAHIER 7 : EXTRAITS PRIX DES DECOUVREURS 2018-19 : LA TERRE TOURNE PLUS VITE DE CAMILLE LOIVIER.

CLIQUER POUR OUVRIR LE PDF
Dernier de ces Cahier d'extraits que nous mettons sur ce blog à disposition non seulement des classes qui participeront cette année encore au Prix des Découvreurs mais de tous ceux qui auront la bonne idée de s'en servir pour élargir un peu la connaissance tellement limitée qu'on donne dans les écoles de la poésie actuelle.

Rappelons que l'iconographie et les liens que nous proposons dans chacun de ces Cahiers ne sont pas là pour faire jolis et distraire les jeunes des textes que nous désirons leur faire découvrir mais pour les entraîner à comprendre à quel point la sensibilité artistique est faite de mises en relation, d'ouverture à toutes sortes de formes et de moyens d'expression. A chacun de tisser alors ses propres réseaux de signification. Et de s'inventer parmi eux ses parcours.  

jeudi 5 juillet 2018

mercredi 4 juillet 2018

CAHIER 5 : EXTRAITS PRIX DES DECOUVREURS 2018-19 : L’OGRE DU VATERLAND DE PAUL DE BRANCION.

CLIQUER POUR ACCEDER AU PDF

Comme je l’ai écrit il y a quelque temps dans ce blog : avec L’Ogre du Vaterland, publié en 2017, soit un peu plus de cinq ans après la mort de son père, l’auteur/narrateur décrivant ce qu’il appelle « les effroyables travers de Léon Jacques » dont il se reconnaît lui-même « porteur contaminé mais conscient », ne fait pas que tenter de s’amputer de cette « gangrène » psychologique et morale qu’est le prolongement en lui de la monstruosité paternelle. Il brosse pour nous le tableau effrayant des dessous d’une famille de la grande bourgeoisie de la seconde moitié du XXème n’hésitant pas à dénoncer ce qui se cache de petitesse sordide derrière certaines carrières qu’une société soumise au prestige du nom et de l’argent continue cyniquement à ériger en modèles.

À l’intention naturellement des classes et toujours avec ce même souci de permettre à nos amis professeurs de mettre chaque jour davantage la poésie au cœur des arts auxquels on leur demande d’ouvrir la sensibilité des jeunes, nous proposons à partir de ces extraits d’effectuer une plongée dans le monde de « l’illustration » à travers le travail de Gustave Doré autour de la figure de l’Ogre.

mardi 3 juillet 2018

CAHIER 4 EXTRAITS DÉCOUVREURS 2018-19 : KASPAR DE PIERRE DE LAURE GAUTHIER.


CLIQUER POUR LIRE LE PDF

Comme j’ai eu l’occasion de le montrer dans l’article que je lui ai consacré, le livre de Laure Gauthier, Kaspar de pierre est un livre dans lequel le détail particulier ne prend totalement sens qu’à la lumière de l’ensemble. J’espère donc que la découverte ici des extraits, comme d’ailleurs pour tous les autres ouvrages en compétition, mènera le lecteur à prendre connaissance de l’ensemble. Sans se laisser dissuader par ce que l’écriture de Laure Gauthier peut avoir de déroutant pour quiconque n’est pas encore trop familier des libertés contemporaines. 

vendredi 29 juin 2018

CAHIER D’EXTRAITS PRIX DES DÉCOUVREURS 2018-19 : CARNET SANS BORD DE LILI FRIKH.


https://drive.google.com/open?id=1q63wzQS4p1n-zaQ-PCL18mOp5rSRwWnA
CLIQUER DANS L'IMAGE POUR VOIR LE PDF

 
J’ai déjà pu rendre compte dans ce blog de l’intérêt que le livre de Lili Frikh a suscité chez moi. Je suis persuadé que cet ouvrage qui attire particulièrement l’attention sur la relation fondamentale qui existe entre la vie et la parole, bien au-delà du simple fait d’écrire et de trouver, comme on dit, ses mots, est de nature à faire découvrir aux jeunes à quelles nécessités peut répondre aujourd’hui, comme toujours, la poésie. Même si, comme ici, elle est prose. Et apparaît sans oripeaux.

mercredi 27 juin 2018

CAHIER D’EXTRAITS PRIX DES DÉCOUVREURS 2018-19 : LETTRES D’UNE ÎLE D’ALEXANDRE BILLON.

CLIQUER DANS L'IMAGE POUR OUVRIR LE PDF

Depuis plusieurs années, nous proposons à l’intention des jeunes qui auront, grâce à leurs professeurs, la chance, car c’est une chance, de participer, au Prix des Découvreurs, un Dossier leur permettant dans un premier temps de découvrir l’ensemble des 7 ouvrages que nous avons choisi de soumettre à leur curiosité. Richement illustrés et accompagnés de divers liens et références, ces dossiers visent aussi à aider les professeurs dans leur action - qui devrait devenir de plus en plus importante -  d’accompagnement des élèves en termes de formation culturelle et artistique. Notre ambition étant ici de placer la poésie au cœur des arts. 

Nous publions aujourd’hui le premier Cahier composant ce Dossier : il est consacré au beau livre d’Alexandre Billon, Lettres d’une île, publié par p.i.sage intérieur.

mercredi 20 juin 2018

AUTOPORTRAIT AUX SIÈCLES SOUILLÉS DE MICHAEL WASSON. OU QUE SAUVER DE CE QUE, MONSTRE, L’HISTOIRE A ÉCRASÉ.


« Je suis en partie monstre, en partie animal, partie eau, partie histoire, partie chant, partie farceur, toujours le sang rencontre l’eau & asperge la terre ». 


C’est à partir de ce sentiment de personnalité éclatée, diffractée - en parties violemment concurrentes ou contraires - jetée au cœur d’une réalité et d’une histoire cruelles, que le poète américain Michael Wasson, d’origine Nimíipuu ou Nez-percé, une des plus vieilles tribus indiennes, qui occupait autrefois les territoires de l’Idaho et du Montana, a composé cet Autoportrait aux siècles souillés, que les éditions des Lisières viennent de publier dans une traduction de Béatrice Machet.

samedi 16 juin 2018

DITES MERCI AUX POÈTES PRÉTENDUMENT ILLISIBLES !



Oui « bien fou du cerveau » comme dirait La Fontaine qui prétendrait en quelques lignes, sinon quelques mots,  porter sur le véritable foisonnement des poésies actuelles en France, un jugement complet, impartial ou définitif. Nous sommes un certain nombre à lire sans esprit de chapelle, avec un appétit véritable, dans un esprit d’accueil et de découvertes, quantité d’ouvrages. Dont pour certains nous faisons l’effort tout aussi véritable, de rendre compte. Sans nous contenter de quelques mots hâtifs ou mensongers. Et pourtant qui d’entre nous peut se targuer de tout connaître. Partant de tout pouvoir juger. Personnellement je suis persuadé que si la poésie, les poésies d’aujourd’hui, ont quelque chose à apporter c’est précisément par l’exemple qu’elles donnent de ces multiples singularités qui chacune semble s’être autorisée à advenir comme Sujet, Sujet à part entière à l’intérieur d’une langue qui par ses multiples emplois, tend à l’inverse, de plus en plus, à travers ce qu’on appelle la communication, à nous assujettir aux discours intéressés de l’autre. Cette « fabrique » du Sujet, chacun en poésie la tente à sa manière. Plus ou moins juste. Plus ou moins aboutie. Dans son arbre généalogique. Je veux dire à partir de ce que les hasards de la vie et de ses propres lectures ainsi que les conditions générales de sa propre sensibilité, lui permettent d’atteindre. Il en résulte, considérablement accentué par l’explosion de toutes les libertés que la poésie depuis plus d’un siècle s’est attachée à conquérir, au point de ne pouvoir plus être formellement définie par personne, des œuvres ou du moins des ouvrages voire des prestations, d’une diversité, d’une hétérogénéité telle qu’il ne s’en vit jamais auparavant dans l’histoire. Et toutes loin de là ne sont pas illisibles. Et toutes ne sont pas le fait de vieux poètes rancis. Et toutes ne sont pas nombrilistes. Et toutes ne cherchent pas non plus la vaine gloire de se faire entendre en ouverture du Journal de TF1. Où elles retomberaient, je pense, nécessairement sous l’empire de ce qu’elles avaient au départ pour vocation de fuir.


jeudi 14 juin 2018

TRAJECTOIRE DÉROUTÉE DE SANDA VOÏCA CHEZ LANSKINE.


C’est à sa fille Clara, morte d’un cancer à l’âge de 20 ans, que la poète d’origine roumaine Sanda Voïca dédie l’ouvrage que les éditions LansKine viennent de publier d’elle. Trajectoire déroutée, titre on le voit déjà très parlant, est un livre de deuil. Un livre qui témoigne à sa manière, poignante assurément, et souvent déstabilisatrice, de la façon dont la perte d’un enfant, d’un être qui, réellement, est la chair de sa chair, modifie cruellement pour une mère la courbe de sa vie, déplace son centre de gravité. La déroute. L’égare. Désorientant en profondeur ses moindres perceptions :