vendredi 24 février 2017

PARMI TOUT CE QUI RENVERSE. UN MONDE OUVERT PAR LA PAROLE.

CLIQUER POUR SE RENDRE 
SUR LE SITE DE L'EDITEUR
Je me permets d’annoncer la sortie de parmi tout ce qui renverse aux éditions du Castor Astral.

Merci tout d’abord à Jacques Darras et à Jean-Yves Reuzeau d’avoir sauvé ce livre que la malencontreuse disparition, en janvier 2016, des éditions de l’Amandier - où il devait, grâce au concours du CNL, primitivement paraître –  risquait de condamner à ne voir le jour qu’après de longues années encore de sommeil et d’attente.

Je n’accable pas les revues, comme les maisons d’édition, de mes propositions. C’est pourquoi, occupé le plus souvent à tenter de donner ce que je peux de visibilité aux livres et aux auteurs que j’estime, je me sens autorisé aujourd’hui à demander aux lecteurs de ce blog qu’ils prêtent un peu d’attention à l’ouvrage que je propose et l’aident ainsi à échapper à la cruelle indifférence qui frappe en général le travail des poètes.

Je le dois tout d’abord à la maison qui m’accueille. Ensuite à toutes les ressources de vie et de pensée que l’écriture de ce livre m’aura conduit sur tant d’années à employer.

parmi tout ce qui renverse, sous-titré Histoire d’Il, vient prolonger et terminer la phrase commencée avec Compris dans le paysage (Potentille, 2010), complétée par avec la terre au bout (Atelier La Feugraie 2011) et emprunte un peu de sa forme générale à Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme de Charles Augustin Sainte-Beuve ! Oui. C'est en effet à ce livre injustement méprisé qu'on doit, au moment où naît ou va naître notre poésie moderne, de voir pour la première fois le poète se dégager de la coûteuse illusion de la transparence du sujet pour inventer et induire une lecture "romanesque" de la poésie lyrique.


Toutefois, l'itinéraire du poète mis en scène dans parmi tout ce qui renverse est exactement l'inverse de celui que suit le "héros" de Sainte-Beuve. Alors que ce dernier se trouvait finalement écrasé dans son siècle, figurant en bonne place dans la longue série des poètes du malheur, le Il de parmi tout ce qui renverse, s'il est bien conscient de toutes les pesanteurs et des impuissances qui le limitent, finit par trouver dans la faculté de s'éprouver simplement vivant, au cœur d'un monde ouvert par la parole, une forme d'acceptation heureuse de sa condition.

Une condition qu'il ne cherche plus à fixer, à arrêter, dans quelque expression ou forme définitives, mais à laisser se déployer dans toute son impermanence  et son étonnante, renversante, imprévisibilité.

D’aucuns à l’Amandier m’ont autrefois reproché le long passage de notes sur lesquelles se termine l’ouvrage. Allant jusqu’à me faire renoncer à leur publication. Je remercie d’autant plus chaleureusement Jacques Darras et Jean-Yves Reuzeau, qu’ils ont permis que mon livre se présente aujourd’hui au complet, c’est-à-dire avec elles. Enfin rétabli dans son sens. Et ses diverses possibilités de partage.

Car j’ai conçu ce livre, non comme une simple suite de poèmes, un elliptique journal de vie mais comme une réflexion sur la question, la nature même d’écrire. Imaginant un dispositif qui sans jamais s’arrêter à des formules conclusives insiste sur l’illuminante traversée de la vie par la parole – à moins que ce ne soit l’inverse – à quoi correspond pour moi l’expérience intime, buissonnante et sourdement transformatrice de la poésie.

« On ne chante bien que dans son arbre généalogique » prétendait, je crois, Max Jacob. Je ne sais. Le lecteur en tout cas trouvera dans mon livre, chose aujourd’hui assez rare, un vrai chant. Qui assume ses origines. Son goût. Avec ses appartenances, certes.

Mais toujours sa liberté.