mercredi 13 novembre 2019

LAURENT GRISEL. RÉVÉLER LA GRANDEUR DE TOUTE EXISTENCE HUMAINE.


Laurent Grisel est un homme d'attention. Aux êtres comme aux faits. Il l'a prouvé aussi bien par son ouvrage Climats que nous avons sélectionné dans le cadre du Prix des Découvreurs 2016-17 que dans les différents volumes de son Journal de la Crise. Il le prouve à travers son engagement quotidien pour dénoncer les ravages de tous ordres de notre capitalisme financier. Le dernier ouvrage auquel il a participé, suite à une louable initiative du Centre Social et Culturel de Puisaye-Forterre, témoigne de ce que nous perdons à ne plus considérer comme pourtant elle le mérite, la part pas nécessairement la moins féconde et belle de notre humanité.


"Dix portraits d'anciens du pays : couples d'éleveurs, de cultivateurs, potière, chauffeur routier, conteuse et poète patoisante, ouvrier de campagne, herboriste et esthéticienne, archéologue historienne, ouvrier des parcs et jardins de la ville de Paris réfugié ici en photographe, pieuses femmes à tout faire." Voilà qui nous situe bien loin des premiers de cordée si chers au cœur des élites qui nous gouvernent et repousse les frontières de cette triste invisibilité sociale où se voient de plus en plus rejetés les âgés, les ruraux, les modestes… Et j'aime dans les portraits que dresse Laurent Grisel de ces figures d'anciens ayant consacré la plus grande partie de leur existence au travail, en particulier celui de la terre où ils sont nés ou se sont installés, comment sous une forme radicalement épurée de toute volonté de séduire, se voient à travers le rappel des principaux évènements d’une vie élevée par l’auteur à un certain degré d’universel, nous soit rappelé la grandeur et pourquoi pas la noblesse, de chaque personne humaine.

Avec les qualités d’écoute et la probité stylistique, un brin janséniste peut-être, qui sont les siennes, Laurent Grisel fait en effet ressortir dans ces Portraits de Puisaye, qu'accompagnent de grands portraits dessinés au fusain et ornés à la gouache de l'artiste plasticienne Marie-Pierre Vagne-Laboulandine, le lien profond d'attachement aux autres, aux choses et aux paysages qui aura constitué la vie d'hommes et de femmes dignes, quelle que soit la modestie apparente de leur condition, de se voir représentés dans ce livre catalogue, à la manière, dit-il, des rois et des ambassadeurs. 

Alors que tend à se généraliser à l'égard de tous ceux qui ne savent ou ne veulent pas profiter des bienfaits supposés des avancées technologiques et technocratiques qui régissent notre monde, un sentiment plus ou moins clairement affirmé de mépris, par quoi s'entame jour après jour la solidité de notre lien social, Laurent Grisel et sa camarade artiste, réaffirment ainsi toute l'importance des valeurs de reconnaissance, de considération ou d'estime, dont le philosophe allemand Axel Honneth a montré à quel point elles nous étaient nécessaires pour faire réellement société.

C’est pourquoi on est heureux aussi de voir que ce travail aura été intelligemment partagé par les élèves de quatrième d'un collège local, le collège Arsène Fié de Saint-Amand-en-Puisaye. Qui sûrement, maintenant, porteront un autre regard sur les terribles injustices et les humiliations que le monde autour d'eux s'ingénie à multiplier.

Répétons-le : à tout ce qui manque un peu partout de parole, il est bon que la poésie prête, comme elle le peut, sa voix. Êtres, choses, visibles, invisibles, c'est dans la manière que nous avons - ou pas - de les considérer, que se joue notre plus ou moins large et accueillante humanité.

Pour en savoir plus : https://www.imagine3tigres.net/spip.php?rubrique37

Aucun commentaire:

Publier un commentaire